Skype Blogs

News, stories, and updates from Skype

Share

Share

Skype in the classroom: témoignage de Marjolaine une prof d’anglais comme on aurait tous aimé en avoir!

Aujourd’hui, nous avons envie de vous parler du travail de certains enseignants qui bousculent les habitudes et souhaitent faire évoluer la manière d’enseigner. C’est le cas de Marjolaine Meynier, une jeune professeure d’anglais qui enseigne depuis une dizaine d’années dans la région Lyonnaise. L’année dernière avec ses deux classes de Seconde en filière général, elle a utilisé pour la première fois le programme Skype in the classroom.

“Ouvrir les salles de classe au monde entier grâce à la technologie, c’est l’avenir de l’enseignement”

Marjolaine n’a pas attendu le programme de Skype pour réfléchir à l’usage dans sa pratique des nouvelles technologies (les enseignants qui nous lisent savent à quel point l’usage des TICE dans l’enseignement est encouragé !). Mais c’est le résultat surtout d’une intime conviction : en effet, elle en est persuadée, les nouvelles technologies doivent entrer dans les salles de classe. Elle considère cela comme une vraie richesse pour ses élèves. Utilisatrice fidèle de Skype dans sa vie personnelle, Marjolaine a tout de suite vu les avantages d’un tel outil pour enseigner l’anglais, c’est pourquoi avant même de découvrir le programme de Skype in the classroom, elle multipliait les projets et les expériences permettant à ses élèves de parler et rencontrer des personnes à l’étranger (comme par exemple avec les Archives Britanniques).

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle a découvert le programme de Skype fait par et pour les enseignants pour ouvrir les salles de classe au monde entier. De Skype in the classroom, elle a apprécié la simplicité et la facilité apportée par le réseau, avec les « cours » proposés par des enseignants de toutes les nationalités.

Grâce au programme, elle est entrée en contact avec deux enseignantes et leur classe, une américaine et une canadienne dont l’objectif était de faire découvrir la culture d’un autre pays. Du fait du décalage horaire avec l’Amérique du Nord, Marjolaine n’a pas pu réaliser de conversations en direct avec les autres classes mais les élèves parvenaient à communiquer par message vidéo, une manipulation qui sera d’autant plus aisée que la messagerie en vidéo est désormais disponible dans Skype (c’est-à-dire la possibilité de laisser un message vidéo à votre interlocuteur lorsque celui-ci n’est pas en ligne).

« Ce qui est pertinent c’est que pour les élèves, ces conversations « virtuelles » permettent une interaction avec le monde réel, il s’agit vraiment d’ouvrir la salle de classe au monde ! »

Chaque mois, les élèves avaient pour mission de présenter une chanson, un film, une recette de cuisine etc. représentative de la culture française et de justifier son choix en anglais et en vidéo, un exercice venant s’intégrer à la séquence du cours. Un exercice difficile mais cohérent avec les exigences du baccalauréat et qui a enchanté les élèves de Marjolaine, tous ont adoré pouvoir échanger avec des élèves à l’autre bout du monde.

« La première fois qu’on parvient à connecter notre classe au monde, c’est comme marcher sur la lune, on a presque l’impression de réaliser un exploit » raconte Marjolaine, en effet, c’est un projet qui peut avoir l’air d’un parcours du combattant compte tenu des difficultés logistiques rencontrées (manque de moyens, qualité du réseau et de l’équipement informatique), mais qui au final apporte une énorme satisfaction tant aux élèves qu’à l’enseignant.

Malgré ces difficultés et le temps qu’il a fallu consacrer à la préparation de cet échange, Marjolaine Meynier reste persuadée que ce genre de projets facilités par la technologie représente l’avenir de l’enseignement, surtout lorsque l’on voit les difficultés rencontrées par les enseignants pour organiser des voyages scolaires.

A l’avenir, Marjolaine aimerait faire profiter les autres enseignants de son expérience en organisant des formations, car beaucoup d’enseignants se sentent un peu dépassés par les nouvelles technologies et pensent encore que Skype est trop compliqué. « Alors que c’est juste, une appréhension à dépasser. » explique-t-elle.

Elle envisage prochainement d’utiliser Skype Mystery et se réjouit de voir l’ouverture de Skype in the classroom à des experts comme les leçons « Explorer les océans », une occasion supplémentaire de faire découvrir aux élèves des personnalités hors du commun, et surtout leur donner la possibilité de discuter avec eux.

Vous aussi vous êtes enseignant et vous utilisez Skype ou le programme Skype in the classroom dans votre pédagogie ? Partagez votre expérience avec nous.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s